L’UD CGT Paris regroupe tous les syndicats CGT de Paris, quelle que soit leur profession. Si vous souhaitez un rendez-vous ou un renseignement, vous pouvez contacter l’Union Locale de l’arrondissement dans lequel se trouve votre entreprise ou contacter l’UD CGT Paris : 85, rue Charlot 75 140 Paris cedex 03 Paris tél : 01 44 78 53 31, accueil@cgtparis.fr

soutien au mouvement dans le Rif marocain

vendredi 4 août 2017

La CGT Paris soutient la population marocaine du Rif

Une révolte secoue le nord du Maroc, et en particulier la ville d’Al-Hoceima et cela, depuis le décès d’un pêcheur marocain Mouhcine Fikri le 19 octobre 2016, broyé dans une benne à ordure. Son seul tort : avoir voulu récupérer ses poissons jetés dans la benne par des agents de la ville. C’est un drame de la pauvreté, doublé de la violence de réglementations frappant les plus démunis.

Dans cette région du monde, ce sont les barons de la drogue qui prospèrent, tandis que le taux de chômage y est deux fois plus élevé que dans l’ensemble du Maroc. Les services publics y sont quasiment à l’abandon. L’analphabétisme concerne 4 personnes sur 10. La situation géographique du Rif devrait être un atout, pour le développement économique et social ; au contraire, le Rif, placé depuis 1958 sous étroite surveillance militaire, régresse.

Les personnes qui font partie du mouvement de protestation sont arrêtées, sous prétexte qu’elles sont « soupçonnés d’atteinte à la sécurité intérieure de l’état ». Aujourd’hui, les manifestants exigent justice pour Mouhcine Fikri, la libération des détenus emprisonnés et dénoncent la corruption et l’injustice sociale.

Lundi, deux jours après un discours du souverain marocain niant toute « approche sécuritaire » dans la crise, le tribunal d’Al-Hoceima a prononcé des peines de quatre mois à un an de prison pour seize personnes ayant participé à une manifestation interdite et violemment dispersée par les autorités, le 20 juillet, à Al-Hoceima.

En grève de la faim depuis son arrestation fin juin, Rabii Elablaq, membre du mouvement de contestation dans la région du Rif, vient d’être hospitalisé.

L’Union Départementale CGT de Paris apporte son soutien à la population, rebelle, du Rif. La récente grâce royale, samedi dernier, pour 58 détenus du Rif sur 270 ne suffit pas : nous exigeons la libération de tous ces détenus politiques. Nous sommes au côté du mouvement social et citoyen qui aspire au progrès social, économique et culturel dans le Rif.

Paris, le 4 août 2017

soutien au mouvement dans le Rif marocain