L’UD CGT Paris regroupe tous les syndicats CGT de Paris, quelle que soit leur profession. Si vous souhaitez un rendez-vous ou un renseignement, vous pouvez contacter l’Union Locale de l’arrondissement dans lequel se trouve votre entreprise ou contacter l’UD CGT Paris : 85, rue Charlot 75 140 Paris cedex 03 Paris tél : 01 44 78 53 31, accueil@cgtparis.fr

Mardi 19 mars : toutes et tous en grève et à la manifestation !

mercredi 14 mars 2018

Manifestation unitaire :
Mardi 19 mars 2019 - 13h00 Edmond Rostand ( RER Luxembourg)
Vers le Médef

Malgré le profond mécontentement qui s’exprime depuis plusieurs mois dans tout le pays, le gouvernement continue à dérouler sa feuille de route et à appliquer son programme de destruction sociale. Que ce soit sur l’éducation, les services publics, la santé ou encore notre système de retraite tout va dans le même sens : réduire « la dépense publique ». En clair c’est réduire le financement de tous les services et droits qui nous sont utiles au quotidien. Le récent rapport de la cour des comptes préconisant de nouvelles mesures d’austérité est éloquent !
Toutes les exigences de justice sociale, portées par les mouvements sociaux et une
très grande majorité de la population, sont balayées d’un revers de main. La seule
réponse apportée par le gouvernement aux légitimes revendications sociales, c’est la
carotte du « Grand débat National » et le bâton de la répression.
Par la lutte, imposons nos revendications !
Le 5 février, journée de grèves et de manifestation a marqué une nouvelle étape
dans la mobilisation. Salariés, retraités, jeunes, gilets jaunes ont fait entendre leurs
exigences de progrès social et leur détermination ! Plus de 300 000 personnes ont
manifesté dans l’unité en France, dont plus de 35 000 à Paris !
La CGT ne veut pas en rester là. L’heure est à l’élargissement de la mobilisation, seul
moyen de stopper le gouvernement et le Médef dans leur entreprise de casse de
notre système social et la mise en place d’une société toujours plus inégalitaire et
toujours plus injuste ! Toutes celles et ceux qui ont à coeur les valeurs de progrès et de
justice sociale ont leur place dans l’action.
Organisons l’action !
Pour créer les conditions de gagner, la CGT propose de multiplier les actions revendicatives :
• En s’emparant des « cahiers d’expressions revendicatives » pour que chacun
ait sa place dans un véritable débat ! Ces cahiers seront remis au gouvernement.
• En organisant les « Mardis de l’urgence sociale », dans les entreprises, et les
territoires.
• En se mobilisant le 8 mars pour l’égalité femmes-hommes.
• En préparant la nouvelle journée unitaire de grèves et de manifestation du
mardi 19 mars 2019.
Enfin, nous ne laisserons pas restreindre le droit de manifester comme entend le faire
le gouvernement sous prétexte de sa « loi anti-casseurs » ! Nous dénonçons toutes
formes de violences, et particulièrement les provocations et répressions policière qui
sont de plus en plus disproportionnées envers les manifestants pacifiques.
Manifester est un droit ! Et le restera !

Tract URIF : face à l’urgence sociale mobilisation générale !


L’HEURE EST À LA MOBILISATION GÉNÉRALE !

Soutien aux appels pour le Climat les 15 et 16 mars

Lutter contre le réchauffement climatique et contre les pertes de biodiversité est essentiel pour la sauvegarde de l’Humanité.

Il ne s’agit pas d’organiser la survie des populations les plus exposées, les plus précaires mais le vivre ensemble dans la paix et dans le partage des richesses, travailler tous et autrement, pas pour enrichir les actionnaires mais pour plus de justice sociale, facteur de paix universelle et durable, comme le déclarait l’OIT en 1919.

Les modes de production et de consommation actuels sont inhérents au système capitaliste et au libéralisme mondialisé dont profitent les multinationales et « les riches » (le grand patronat, etc.)

que les pouvoirs en place ne cessent de protéger par la loi (ordonnances Macron, loi anticasseurs, etc.),

ou par l’usage de la force lors des manifestations (violences policières, utilisation des LBD et des grenades de désencerclement, etc.).

Pour la CGT, lutter pour la justice sociale, la justice fiscale ou la justice climatique constituent le même combat visant à changer de système. Il est illusoire de penser changer l’un sans l’autre.

La CGT soutient les appels des 15 et 16 mars pour le climat et appelle à se joindre à ces mobilisations.

Dans le même temps, l’UD CGT de Paris renouvelle son appel à participer aux manifestations du samedi avec les gilets jaunes, au sein d’un cortège du mouvement social,

avec la particularité de l’Acte 18 qui intervient au lendemain de la fin du « grand débat »…

A Paris,

-  Vendredi 15 mars : le collectif militant CGT est invité à se tenir informé des initiatives organisées par les organisations de jeunesse pour y participer

- Samedi 16 mars, 11H30 : rendez-vous CGT et FO de convergence avec les gilets jaunes, devant le Mac Do du 140 avenue des Champs Elysées (M° Charles de Gaulle Etoile)

-  Samedi 16 mars, 14H, Opéra : rendez-vous CGT pour la « marche du siècle » pour le climat, vers République

Appel à la grève le 19 mars pour le Progrès Social

Au-delà de l’interpellation des pouvoirs publics pour changer de cap, le patronat, particulièrement celui des grands groupes, porte aussi une grande responsabilité dans ses choix stratégiques et financiers préférant la compétitivité et la rentabilité à l’intérêt général.

Ainsi, la CGT avec FO, Solidaires, UNEF, UNL et UNL-SD appellent les salarié-e-s des entreprises et services publics, les privés d’emploi, la jeunesse et les retraités

à participer massivement à la grève interprofessionnelle et à manifester partout en France le 19 mars pour une autre politique sociale, fiscale et climatique.

A Paris, Mardi 19 mars 2019 , 13H00

Manifestation de Luxembourg (place Edmond Rostand) vers Champs de Mars

Ordonnancement du cortège : FO - JEUNES - FSU - SOLIDAIRES - CGT

Toutes les luttes à venir participent à la mobilisation nécessaire pour changer de système.

Paris, le 14 mars 2019


La situation sociale en France est marquée par l’expression diverse et multiple
d’un mécontentement social grandissant, par l’aspiration à une véritable justice
sociale et fiscale, par la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme
individuelles. Le mouvement des gilets jaunes est l’expression récente de cette
profonde crise sociale.
Alors que les annonces faites par le président de la République ou son gouvernement n’ont pas répondu aux attentes, alors que des lois portant atteinte aux libertés syndicales et de manifester sont votées, que les prix des produits de consommation courante continuent à la hausse, que la suppression de l’ISF n’est pas remise en cause, que le chômage progresse… Le « grand débat national » ne peut ni
se substituer, ni contourner, encore moins être opposé aux revendications sociales
et syndicales.
Pour les jeunes, les difficultés ne cessent de croitre : sélection, réforme du lycée
et de la voie professionnelle, hausse des frais d’inscription des étudiant-es
étranger-ères hors UE, progression de la précarité étudiante et gel des prestations
sociales, ne font qu’attaquer le droit d’étudier.
En parallèle, le patronat, particulièrement celui des grands groupes, porte lui aussi
une grande responsabilité dans l’exaspération sociale. C’est dans les entreprises et
dans les services publics que les salarié-es sont considéré-es comme un coût et non
pour ce qu’ils/elles sont : une richesse. C’est là que les conditions de travail se
dégradent.
C’est partout que la précarité s’aggrave...
Dans ce contexte, il s’agit de gagner l’augmentation des salaires, des pensions et
des minima sociaux, l’égalité femmes-hommes et un véritable droit à l’éducation
et à la formation. Il s’agit aussi de renforcer notre protection sociale et notre
système solidaire de retraite par répartition. Il s’agit enfin de répondre aux enjeux
climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité…
C’est dans ce but que nos organisations appellent à l’élargissement et
l’amplification de la mobilisation sociale.
Partout sur le territoire, nos organisations engagent un travail en ce sens via des
initiatives diverses dans les entreprises, dans les services publics et en prise directe
avec les salarié-es, les retraité-es, les privé-es d’emploi et la jeunesse. Ainsi, nous
placerons le débat là où il doit être.
Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la construction d’une nouvelle journée
d’action, de mobilisation et de grève le 19 mars prochain. Nos organisations -CGT,
FO, Solidaires, UNEF, UNL- s’engagent à poursuivre un travail commun donnant des
perspectives à la mobilisation sociale. Nos organisations appellent à une
puissante journée d’action, de mobilisations et de grève le 19 mars !

Montreuil, le 12 février 2019

Communiqué des organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL, UNL SD


Ce DIMANCHE, la CGT parisienne sera avec le mouvement social dans le cortège des gilets jaunes !

Rendez-vous dimanche 17 février à 11h devant le 140 avenue des Champs Elysées

Après plusieurs samedis de convergence du mouvement syndical, notamment CGT Paris, avec les gilets jaunes,

LA CGT de Paris s’est coordonnée avec d’autres forces progressistes pour le meilleur dispositif pour ce week-end.

Finalement, la manifestation aura lieu dimanche.

Nous comptons sur la réactivité et l’engagement de chacun.e dans un moment crucial.

Il est déterminant d’amplifier le rapport de forces, en semaine comme le week end !

Pour les salaires, l’emploi, les services publics, la sécurité sociale et la justice fiscale !


Un 5 février réussi en rouge et jaune !

Mardi 5 février 2019, dans plus de 200 villes de France, près de trois cent mille manifestants – que leurs gilets soient rouges ou jaunes – ont battu le pavé pour exprimer leurs revendications communes : l’augmentation du Smic, des salaires et des pensions, pour plus de justice sociale et fiscale, ainsi que pour le développement des services publics.

Face à un pouvoir « jupitérien » qui ignore l’urgence sociale, face à un pouvoir d’achat qui ne cesse de diminuer comme peau de chagrin, face au démantèlement organisé des services publics, face à l’agonie de notre démocratie et notre modèle social, face à l’illusion du grand débat qui ne laisse personne dupe, les manifestants ont démontré sur le bitume leur profonde détermination à continuer la lutte et à faire entendre leur légitimes revendications.

5 février 2019 à Paris
Le cortège à Paris du 5 février 2019
À Paris, le soleil – radieux pour un mois de février – a montré la voie aux manifestants, accompagnant les cortèges jusqu’ à la place de la Concorde. Ils étaient des milliers : jeunes, vieux, salariés du privé et du public, ceux qui ont réussi et ceux qui ne sont rien, scandant des slogans tels que : « Macron ! L’ISF sans condition » ou « les prix s’envolent, les salaires restent au sol ». À l’appel de la CGT, Solidaire et FSU, cette journée, qui avait débuté en Île-de-France par la paralysie nocturne du MIN de Rungis par un millier de gilets rouges et gilets jaunes, est une réussite. Comme un symbole, la Tour Eiffel a dû fermer pour grève.

Outre la région parisienne, c’est la France entière qui était mobilisée hier. De Lille à Marseille, en passant par Brest, Bordeaux, Lyon, Caen, Toulouse, Saint-Etienne… Trois cent mille manifestants ont répondu présent dans quelques 200 villes de France. Devant les préfectures, les directions d’entreprises ou les sièges du Medef, ces rassemblements ont démontré la franche opposition de la population aux politiques gouvernementales : celle d’un peuple en souffrance sociale face au président de la caste favorisée.

D’ores et déjà, la CGT est force de propositions à travers l’organisation des mardis de « l’urgence sociale », les cahiers d’expressions populaires et des débats publics, ainsi que le 8 mars.


Samedi 9 février 2019 : toutes et tous à la manifestation :

Suite au mardi 5 février, suite aux 12 samedis, rendez-vous CGT Paris samedi 9 février à 11H

Devant le restaurant La belle armée, 3 rue de la grande armée

Pour rejoindre le cortège des gilets jaunes, qui partira de Charles de Gaulle Etoile
Tous ensemble, mouvement social, gilets jaunes !

Depuis plusieurs semaines salariés, retraités, jeunes, « gilets jaunes » se mobilisent pour crier leur colère face à la dégradation des conditions de vie,avec des fins de mois de plus en plus difficiles. Toutes les manifestations,les grèves pour l’augmentation des salaires,l’amélioration du pouvoir d’achat,pour la défense des services publIcs auraient dû inciter le pouvoir politique !Au contraire,la seule réponse du pouvoir,c’est le mépris,la violence,la répression !

Le 5 février tous ensemble,
dans chaque entreprise décidons d’agir !
Par l’action massive des salariés, par la grève, paralysons / ’économie !

Communiqué commun unions régionales Ile-de-France (URIF) CGT FO FSU Solidaires

Toutes et en tous en grève le 5 février !

Préavis de grève USAP CGT

Tract pétition Finances Publiques

Préavis CGT Télécoms Paris

Préavis CGT Culture

Préavis CGT Spectacle


Contre l’austérité, pour la justice sociale et la justice fiscale, mobilisation générale !

La CGT Paris appelle toutes ses forces, les salarié.es, retraité.es, jeunes et privé.es d’emploi à s’engager dans les mobilisations en cours. En particulier, nous agissons pour les salaires, l’emploi, les services publics, la sécurité sociale, le droit de manifester et l’arrêt de la répression policière.

Elle appelle à participer :

à la manifestation samedi 26 janvier 2019- le rendez-vous est à 11h à l’Hôtel-de-Ville de Paris

Le gouvernement nous indique et martèle à longueur d’interventions qu’il ne changera rien à son orientation politique néo-libérale et notamment sur la question de l’ISF qu’il n’envisage aucunement de remettre en place. Le chef de l’Etat,quant à lui invite, dans sa missive, les citoyens à choisir les Services publics qu’il faudrait supprimer en échange d’une baisse d’impôts !

A l’évidence, Macron, son gouvernement et le patronat n’ont toujours pas compris l’ampleur de la révolte. Une fronde des pauvres, des travailleurs, des invisibles, des oubliés contre ceux qui pillent le produit de leur travail. Gel des salaires, retraites par points, casse de la Fonction publique et saccage de la Sécurité sociale restent bel et bien à l’ordre du jour. Toutes et tous ensemble, on peut et on doit inverser la logique pour satisfaire d’abord le monde du travail et non la finance. Répartir autrement les richesses, réinstaurer l’ISF, s’attaquer à l’évasion et à la fraude fiscale, supprimer le CICE, réorienter les centaines de milliards d’aides publiques aux entreprises pour augmenter les salaires, les pensions et les prestations sociales ! Nous allons continuer le développement du rapport de force, des luttes, leur convergence, avec d’ores et déjà des rendez-vous fixés :

- l’Acte XI du mouvement des Gilets Jaunes le 26 janvier,

- la journée nationale interprofessionnelle de grèves et manifestations le 5 février.

_______________________________________

Contre l’austérité, pour la justice sociale et la justice fiscale, mobilisation générale !

La CGT Paris appelle toutes ses forces, les salarié.es, retraité.es, jeunes et privé.es d’emploi à s’engager dans les mobilisations en cours. Elle appelle à participer :

à la manifestation samedi 19 janvier 2019 à 11h à l’Hôtel-de-Ville de Paris

La lettre du monarque aux Français.es nous indique qu’il ne changera rien à son orientation politique néo-libérale et notamment sur la question de l’ISF qu’il n’envisage aucunement de remettre en place. Elle intervient après son dernier assaut de mépris contre celles et ceux qui voudraient « tout obtenir sans effort ». Comble de l’affront, le chef de l’Etat invite, dans sa missive, les citoyens à choisir les Services publics qu’il faudrait supprimer en échange d’une baisse d’impôts !

A l’évidence, Macron, son gouvernement et le patronat n’ont toujours pas compris l’ampleur de la révolte. Une fronde des pauvres, des travailleurs, des invisibles, des oubliés contre ceux qui pillent le produit de leur travail. Gel des salaires, retraites par points, casse de la Fonction publique et saccage de la Sécurité sociale restent bel et bien à l’ordre du jour. Toutes et tous ensemble, on peut et on doit inverser la logique pour satisfaire d’abord le monde du travail et non la finance. Répartir autrement les richesses, réinstaurer l’ISF, s’attaquer à l’évasion et à la fraude fiscale, supprimer le CICE, réorienter les centaines de milliards d’aides publiques aux entreprises pour augmenter les salaires, les pensions et les prestations sociales ! Gilets rouges, gilets jaunes ou sans gilet, le mouvement des colères et des luttes tous azimuts est légitime. Il faut l’amplifier et l’étendre pour gagner toutes et tous ensemble contre les briseurs de vie et d’avenir !


Contre la destruction du service public défendons ensemble « une justice pour toutes et tous »

Le projet de loi de programmation 2018 - 2022 pour la Justice a été adopté en première lecture au Sénat et à l’Assemblée nationale, au terme d’un débat parlementaire chaotique marqué par la surdité du gouvernement malgré la ferme opposition de tous les acteurs judiciaires, alors qu’ils sont les premiers à appeler de leurs vœux une évolution de la qualité et des moyens du service public de la justice. Il doit être examiné à nouveau début 2019 à la suite de l’échec de la commission mixte paritaire

Le sommet fut atteint lorsque la ministre fit voter par surprise et dans la précipitation rien de moins que l’habilitation à réformer l’ensemble de la justice pénale des enfants et adolescents par voie d’ordonnances comme s’il s’agissait d’un sujet anodin, qui ne méritait ni consultation des professionnels, ni débat parlementaire.

Un amendement présenté par le Groupe "la République en marche" vise à supprimer les greffes des Conseils des Prud’hommes lorsque ceux-‐ci ont leur siège dans la même commune que le tribunal judiciaire ou l’une de ses chambres détachées. Une telle mesure conduirait à priver cette juridiction particulière car composée de juges non professionnels d’un outil incontournable et indispensable à son fonctionnement. Elle traduit la volonté des pouvoirs publics de supprimer à terme cette juridiction.

Ces derniers événements démontrent le mépris dans lequel sont tenus les professionnels de la justice, bien qu’ils soient rejoints dans leurs analyses par des institutions telles que le

Défenseur des droits et la Commission nationale consultative des droits de l’homme. Ce mépris est monté d’un cran, les rapporteurs du projet de loi à l’Assemblée nationale diffusant sur les réseaux sociaux de nombreux messages pour qualifier les analyses des professionnels de justice de « fake news », avec des arguments iniques et en totale rupture avec la réalité du fonctionnement de la justice. [....]

Manifestation nationale à Paris contre le projet de réforme de la justice


Mardi 18 décembre prochain sera à la fois une journée d’action interprofessionnelle mais aussi jour de « négociation » de l’assurance-chômage au siège du Medef, où les discussions porteront notamment sur la question de la précarité.

Faisons entendre notre colère et notre revendication : un revenu de remplacement pour tous les privés d’emploi !

Pour l’Ile de France, un rassemblement aura lieu à 13h devant le siège du Medef (55 avenue Bosquet dans le 7ème, métro Ecole militaire) où se tiendra la séance de « négociation », avec la CGT Spectacle et l’Union régionale Ile de France CGT.

[Tract appel du Comité national CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires-doc5963]

Appel de la Fédération CGT du Spectacle  :

LES PROFESSIONNEL-LE-S DU SPECTACLE, DU CINEMA ET DE L’AUDIOVISUEL S’OPPOSENT AUX PROJETS DU PATRONAT ET DU GOUVERNEMENT !

Au moment où plusieurs assemblées générales des professionnel-le-s du spectacle se tenaient en France le 10 décembre dernier, Emmanuel Macron faisait semblant d’écouter le mouvement des gilets jaunes.
Il a menti au sujet sur l’augmentation du Smic par exemple, mais il a aussi réaffirmé la nécessité de poursuivre les réformes sur la retraite, l’assurance chômage ou la sécurité sociale.
Dans tous les cas, il s’agit de détruire des droits sociaux, basés sur le salaire socialisé (les cotisations sociales).
Dans le même temps, les services publics continueront d’être mis à mal, démantelés pour beaucoup, dans la Culture comme dans l’éducation, la santé, la justice, les organismes sociaux …
Nous donnons rendez-vous à Paris le :

MARDI 18 DÉCEMBRE À 13H DEVANT LE MEDEF
55 avenue Bosquet Paris 7ème (M° École Militaire)

La négociation assurance chômage doit y reprendre ce 18 décembre après l’annulation de la séance du 11 décembre, avec comme ordre du jour la baisse des droits des chômeurs et la lettre de cadrage sur le régime spécifique des salariés intermittents du spectacle.

APRÈS L’APPEL À LA GRÈVE DU VENDREDI 14 DÉCEMBRE ET LES RENDEZ-VOUS DU 15 DÉCEMBRE, L’ACTION ET LA GRÈVE CONTINUENT LE 18 DÉCEMBRE !
Des préavis de grève à durée indéterminée ont été déposés à partir du 18 décembre pour couvrir les professionnel-le-s de nos secteurs
Pour l’Ile de France :

- Assemblée générale le lundi 17 décembre à 19H – Bourse du Travail 3 rue du Château d’Eau Paris 10 - Salle Ambroise Croizat

- Rassemblement le mardi 18 décembre à 13H devant le Medef - 55 avenue Bosquet Paris 7.


Grande journée d’action le 14 décembre sur l’ensemble du territoire

Il faut agir pour une augmentation immédiate des salaires, pensions et de la protection sociale !
Depuis des décennies, le niveau de vie des salarié-e-s, des privé-e-s d’emplois et retraité-e-s se dégrade. La préoccupation grandissante d’une majorité de la population est simplement de savoir comment boucler les fins de mois. L’écart se creuse de plus en plus entre la majorité de la population et les plus riches pour lesquels le gouvernement a des égards sans limites : suppression de l’ISF, baisse des cotisations sociales et crédits d’impôts (CICE, etc.). La baisse des financements publics, combinée aux privatisations des services publics, accroît la fracture sociale et les inégalités entre les territoires, en laissant de plus en plus de citoyens sans services publics de proximité.

Ce contexte politique qui « tire » toujours sur les plus précaires et les plus fragilisés au profit des plus riches amène une colère grandissante. L’absence de réponses concrètes et immédiates du gouvernement et du patronat, leur refus d’ouvrir de véritables négociations, génèrent une légitime colère dans la population.

La CGT partage cette colère et porte, encore dans les derniers mois, la nécessité de répondre aux urgences sociales. La violence imposée par le grand patronat et les gouvernements successifs, à travers la précarisation et la paupérisation des salariés et des citoyens de notre pays, n’est ni physique, ni médiatique mais belle et bien présente au quotidien.

Tout l’enjeu pour notre organisation est que cette colère se transforme en un rapport de force conséquent qui permettra d’exiger et d’obtenir de réelles avancées sociales ; une société juste dans laquelle chacun-e a une place dans une vie digne. En méprisant les organisations syndicales et en appelant à la disparition pure et simple des corps intermédiaires, le gouvernement méprise les salariés, les privés d’emplois, les retraités. Des salariés luttent et gagnent sur leurs revendications dans les entreprises, les services publics chaque jour.

Le samedi 1er décembre, journée nationale de lutte contre la précarité et pour l’emploi à l’appel de la CGT et d’associations, a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de manifestants sur l’ensemble du territoire dont 15 000 à Paris pour exiger l’ouverture immédiate sur la revalorisation du Smic et des minima de branches, l’arrêt du recours massif aux contrats précaires et une meilleure couverture par l’assurance chômage, en lieu et place des baisses programmées.

La CGT exige le retrait du plan d’économies sur les allocations chômage de 10% en 3 ans.
La CGT exige que la réunion de la Commission Nationale de la Négociation Collective du 14 décembre sur le Smic et les minimas de branches soit un véritable rendez-vous de négociations. La CGT adressera un courrier en ce sens au gouvernement qui doit annoncer une augmentation significative du Smic pour le porter à 1800 euros brut, la revalorisation des minima sociaux et des pensions tel que nous le revendiquons.
La CGT appelle à signer la pétition « Nos besoins doivent être entendus, j’agis ! », pour les salaires, pensions, l’emploi, les retraites et la protection sociale.
La CGT invite l’ensemble des salariés du privé et du public, des privés d’emplois, des retraités, des lycéens, des étudiants à se réunir en assemblées générales, à débattre de cahiers revendicatifs et décider collectivement des modalités d’actions pour préparer les différentes mobilisations nécessaires à l’élévation du rapport de force.
La CGT appelle d’ores et déjà à une grande journée d’action le 14 décembre sur l’ensemble du territoire.

Montreuil, le 3 décembre 2018

Tract URIF : appel à la manifestation le 14 décembre

Appel CGT Fonction publique

Préavis de grève UFSE CGT

Préavis de grève fédération CGT des cheminots

FAPT : Il y a urgence sociale :
Toutes et tous dans l’action et en grève le 14 décembre

Préavis CGT RATP

CGT Spectacle : réussissons la mobilisation du 14 décembre et refusons les économies sur l’assurance chômage !


Samedi 1er décembre 2018 : 16ème manifestation contre le chômage et la précarité !
Le rendez-vous est à 12h à Paris place de la République

En avant vers la 16ème manifestation contre le chômage et la précarité, pour faire entendre notre colère et nos revendications : le droit au travail et à un revenu de remplacement pour tous les travailleurs privés d’emploi !

Le 1er décembre 2018, place de la République, le comité national CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires se mobilise notamment pour l’indemnisation de 100% des salariés privés d’emploi, la réduction du temps de travail hebdomadaire avec une première étape a 32h permettant la création de millions d’emplois, la mise en place d’une sécurité sociale professionnelle garantissant à chaque travailleur un emploi stable et/ou une formation correctement rémunérée, etc.

Stop à la propagande anti-chômeurs !

Appel de la CGT pour le 1er décembre

Taxer les actionnaires, augmenter les salaires ! 100 milliars de fraude fiscale qui passe à la trappe !

Préavis fédération CGT des services publics

FAPT : Le 1er décembre 2018, construisons des luttes porteuses
de progrès social et de fraternité !

Tract Info’com CGT : obtenons une augmentation générale des salaires et des pensions

Tract CGT Energie Paris : gilets jaunes gilets rouges le même combat doit nous unir contre le capital !


Mardi 30 octobre à 11h30 : Manifestation des secteurs en lutte
Attention :
MODIFICATION DU LIEU DE RENDEZ-VOUS :
Départ de la manifestation : CAFE ETIENNE MARCEL, 64, rue TIQUETONNE Paris 2ème, métro Etienne Marcel, ligne 4.

Depuis le 9 octobre :

- la lutte s’est aiguisée en particulier avec les luttes « Palace Park Hyatt Vendôme » et « Café restaurant Etienne Marcel »

- le dépôt des listes CGT dans la fonction publique a constitué une étape décisive et cruciale pour toute la CGT

Pour concourir à la convergence des luttes,

Pour développer un climat offensif, la CGT Paris appelle à une manifestation des secteurs en lutte le mardi 30 octobre, à 11H30


La journée de mobilisation et de manifestations du mardi 9 octobre a été un moment fort pour les salariés, les jeunes, les retraités…

L’appel unitaire, CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNL, UNEF et FIDL Île-de-France a permis une réussite de la mobilisation.

Dans de nombreuses localités des rassemblements, manifestations locales, diffusions de tract ont été organisées.

Dans de nombreuses entreprises privées ou encore des services publics, des salariés ont participé à des arrêts de travail, des grèves pour faire entendre leurs revendications ! (salaires, conditions de travail, emploi,…)

La manifestation était dynamique, combative, 50 000 manifestants à Paris, plus de 300 000 dans le pays.

Par ailleurs, une lettre ouverte unitaire sera envoyé à la préfecture de police, pour interpeller le Préfet sur le comportement inapproprié et violent des forces de police, alors que la manifestation se déroulait normalement, sans violence. Une de nos libertés fondamentale : le droit de manifester doit être respecté !

Cette journée a été utile pour la défense des services publics : statuts, missions, emplois, salaires, conditions de travail et s’opposer aux suppressions de postes et au transfert de missions vers le secteur privé.

- S’opposer à tout projet de réforme des retraites qui mettrait fin à la retraite par répartition avec la création d’un système universel de retraite par points avec pour principale conséquence d’individualiser les droits en faisant disparaitre les garanties collectives. Il faudrait au contraire améliorer la prise en compte les périodes de formation, la pénibilité du travail, la difficulté des fins de carrière, la réduction des inégalités entre les femmes et les hommes (les femmes ont une retraite inférieure de 40% à celle des hommes – hors pension avec réversion).

- Exiger le maintien de l’ensemble des 42 régimes : régime général, régimes complémentaires, régimes spéciaux et le code des pensions civiles et militaires.

- S’opposer à la sélection engendrée par Parcoursup qui limite l’accès à l’enseignement supérieur d’une partie de la jeunesse, une machine à trier les futurs étudiants en fonction de l’origine géographique et sociale.

- Améliorer les conditions de travail et augmenter les salaires, les retraites, les aides sociales pour l’autonomie des jeunes, les minima sociaux et gagner l’égalité femme/homme (8 entreprises sur 10 en Île-de-France ne respectent pas la loi en la matière).

Les organisations syndicales régionales vont poursuivre leurs initiatives pour « donner des suites » au 9 octobre :

→Diffusion unitaire d’informations concernant le dossier retraites.

→Préparation d’assemblées générales unitaires dans les entreprises, partout où cela est possible

→Une nouvelle rencontre unitaire se tiendra le 8 novembre pour prendre des initiatives permettant d’amplifier la mobilisation.

Paris, le 16 octobre 2018

Communiqué unitaire suites 9 octobre


Mobilisation générale ! Nos pensions et retraites en danger !

Les dernières décisions du gouvernement concernant les pensions de retraite aboutissent à un recul social de plus de 70 ans. Dans le PLFSS 2019, la pension de retraite doit rester un droit, acquis par le versement des cotisations,et non devenir une simple « allocation sociale ».

Mobilisation générale ! Nos pensions et retraites en danger Tous dans la rue le 18 octobre


47 milliards distribués aux actionnaires des entreprises du CAC 40 au premier
semestre 2018 !
Les grands patrons et les riches peuvent se féliciter de voir leurs profits augmenter sans cesse : la politique du gouvernement est faite pour eux !
Par contre, les retraités, les jeunes, les salariés qui, par leur travail, ont créé ces 47 milliards doivent se serrer la ceinture !
Ainsi, alors que l’infl ation progresse (+2.3%) les retraités doivent « se contenter » d’une « hausse » de 0.30 % des pensions en 2019 et 2020 après la hausse de la CSG de 1.7% !
La politique du gouvernement Macron est néfaste, elle engendre chômage et précarité. Elle enrichit les riches en appauvrissant les classes moyennes et populaires
 !
De cette société-là, on n’en veut pas ! Imposons d’autres choix de société ! [....]

Stop à la casse sociale et à leur mépris. Tous dans l’action !

Sacrifier les retraité.es pour les profits des plus riches ? ça suffit !

Retraités et retraitées tous et toutes dans la rue le 9 octobre !

Pour les services publics, les salaires, les emplois, la santé et les retraites, tous ensemble le 9 octobre !

LE 09 octobre 2018 on stoppe la grande lessive !

Préavis de grève CGT RATP

Appel à la grève CGT Spectacle


La « réforme » des retraites, qui s’annonce être la plus importante du quinquennat, vise à mettre fin aux 42 régimes de retraite actuels pour les remplacer par un système unique de « retraite par points ».
Aujourd’hui, 95% de notre système de retraite fonctionne par répartition, cela signifie que les cotisations du moment financent les retraites du moment, et que ces cotisations sont constitutives des futurs droits à la retraite. Ce système collectif a pour principe la solidarité entre les générations, sa qualité principale étant sa sécurité, le financement reposant sur la masse salariale globale.

4 pages de l’ UD : retraites le projet faussement égalitaire de Macron

Système universel de « retraite par points » : c’est non !

Communiqué unitaire retraite 6 septembre

Communiqué de l’ URIF : rencontre gouvernemantale retraite à Montreuil

Tract CGT UGICT - retraites : savez-vous ce qui vous attend ?

Documents joints