L’UD CGT Paris regroupe tous les syndicats CGT de Paris, quelle que soit leur profession. Si vous souhaitez un rendez-vous ou un renseignement, vous pouvez contacter l’Union Locale de l’arrondissement dans lequel se trouve votre entreprise ou contacter l’UD CGT Paris : 85, rue Charlot 75 140 Paris cedex 03 Paris tél : 01 44 78 53 31, accueil@cgtparis.fr

Culture : en grève le 2 octobre pour le retrait du projet de transfert de la gestion des personnels aux établissements !

Article CGT Culture

dimanche 30 septembre 2018

La « réforme » gouvernementale Action publique 2022 a pour objectifs affichés de :

● réduire les dépenses de l’État pour les services publics ;

● supprimer des emplois de fonctionnaires et d’agents publics ;

● mutualiser des services, externaliser et abandonner des missions ;

● reconfigurer les administrations centrales sur un périmètre rétréci ;

● renforcer l’autonomie des établissements publics et les pouvoirs de leurs dirigeants ;

Il s’agit d’exiger des administrations 60 milliards d’euros d’économies sur le quinquennat, dans l’ensemble de la sphère publique, protection sociale comprise.

En matière de carrière et de gestion du personnel, l’un des principaux volet d’Action publique 2022 au ministère de la Culture concerne le projet de transfert de la gestion de la carrière et de la paie des agents titulaires et contractuels inscrits au budget de l’État vers leurs établissements publics d’affectation, par un processus de « déconcentration » et de délégation de pouvoir :

● janvier 2019 : 1500 agents de trois établissements (Orsay/Orangerie, Versailles, Centre des monuments nationaux) ;

● 2021 : 4500 agents de tous les établissements publics du MCC.

Ce projet :

● accélère le désengagement du ministère de la culture dans la carrière et la rémunération des agents d’État, laissées à la main des présidents d’établissements publics toujours plus autonomes ;

● porte atteinte au Statut général de la Fonction publique, au principe d’égalité de gestion des corps de fonctionnaires du ministère de la Culture et à leur pérennité ;

● nuit au droit à la mobilité des agents, entravé par les autorités d’emploi et les disponibilités budgétaires ;

● nuit à l’administration centrale dans ses missions d’expertise en ressources humaines et en droit public, ainsi qu’à sa place et son rôle en matière de politique d’égalité de traitement ;

● augmente la charge de travail pesant sur le plafond d’emplois de chaque établissement.

Ce projet de transfert n’a rien de culturel ! Il veut débarrasser le ministère de la Culture de ses agents – fonctionnaires et contractuels – , et, avec eux, de la masse salariale et des crédits affectés au compte d’affectation spéciale des pensions civiles. C’est la cohésion, l’unité et la singularité du ministère de la Culture déjà bien fragmenté, qui est en péril. [....]

Préavis de grève 2 octobre

Non à la déconcentration des actes de gestion :